Aller au contenu principal

Projets de recherche

2011-2014
Comprendre comment les nourrissons humains apprennent leur langue maternelle rapidement et sans éducation formelle a été une des questions les plus fondamentales en sciences cognitives pendant les cinq dernières décennies. Loin d'être résolu, le problème continue de défier les chercheurs et d’intriguer le grand public. Les acquisitions les plus précoces, c’est-à-dire les connaissances et les capacités des nourrissons préverbaux, sont particulièrement peu connues.
Depuis nos précédentes découvertes sur le fait que l’exposition à un flux optique terrestre indiquant un mouvement vers l’avant peut provoquer la marche dans l’air chez les nouveau-nés, nous avons trouvé que la direction du flux optique mène à des différences qualitatives dans les patrons de marche des bébés.
S’appuyant sur nos précédents résultats sur la perception des nombres chez les nouveau-nés, nous avons démontré que, juste après quelques heures de vie, les bébés possèdent une sensibilité générale aux quantités, qu’ils appliquent de façon similaire aux nombres, aux étendues spatiales et aux durées temporelles.
Une série d’études sur les capacités des nouveau-nés à reconnaître des visages en train de parler a été réalisée dans le but d’identifier les indices fondamentaux de la cognition sociale. Nous avons utilisé des visages audiovisuels plutôt que des photographies ou des visages schématiques. Le regard et la parole adressés aux bébés dans des situations interactives sont deux indices potentiels de la cognition sociale.
Plusieurs études ont montré que les fœtus étaient capables de contrôler leurs mouvements vers eux-mêmes ou dans leur environnement jusqu’à un certain point. Néanmoins, à la naissance, les nouveau-nés doivent apprendre à contrôler leurs mouvements dans un nouvel environnement. Cela leur prend plusieurs mois pour contrôler leurs mains et assimiler les caractéristiques physiques des objets afin de les attraper et de les manipuler.
Nous avons démontré que, à l’âge de 7-8 mois, les bébés manifestaient des préférences pour les séries ordinales numériques qui sont spatialement présentées de la gauche vers la droite, mais uniquement lorsqu’ils suivent un ordre croissant, reflétant les préférences des adultes pour la ligne numérique mentale, orientée de la gauche vers la droite.
Pourquoi la parole est spéciale pour les nouveau-nés ? Nous avons réalisé des études computationnelles, comportementales et d’imagerie cérébrale pour tester une nouvelle hypothèse. En suivant la théorie du codage neural efficace, la parole serait spéciale, parce que c’est un signal dont les propriétés statistiques sont encodées de façon optimale par le système auditif.
Pour que la prosodie puisse être utile à l’apprentissage de la grammaire, les bébés doivent y montrer une sensibilité tôt durant leur développement. Quand les nourrissons montrent-ils pour la première fois une sensibilité pour la prosodie et comment l’utilisent-ils pour apprendre la grammaire ? Les nouveau-nés sont confrontés à la prosodie de la parole déjà in utero.
L’existence d’une ligne numérique mentale où les différents nombres sont représentés dans l’espace de gauche à droite, a été démontrée chez les adultes par nombreuses études. L’objectif de ce projet est d’étudier si cette représentation dépend de l’apprentissage ou si elle est présente dès le plus jeune âge.